Quel type de management choisir pour la gestion d’une entreprise ?


Partager sur
Quel type de management choisir pour la gestion d’une entreprise ?

Pour gérer convenablement son entreprise, un manager peut choisir un type de management parmi les quatre principaux existants. Son choix doit non seulement tenir compte des objectifs de l’entreprise, mais aussi du contexte de travail.

Toutefois, dans des circonstances réelles, il est difficile d’appliquer un seul mode d’organisation des ressources humaines, en particulier lorsque le contexte change. Cet article dit quels sont les différents types de management en entreprise.

Le management participatif

Le management participatif fait partie des modèles innovants qui ont fait leur apparition ces dernières années. Ce type de management place l’humain au centre de toutes les décisions et privilégie l’implication du personnel de l’entreprise dans les décisions importantes.

En optant pour ce modèle, le manager ne tient plus compte des positions hiérarchiques. Il tronque sa veste de supérieur contre celle de coach ou encore de guide. Il accompagne ses collaborateurs au quotidien et les pousse à s’impliquer davantage dans des prises de décisions stratégiques.

Avec le management participatif, tous les employés, peu importe leur position dans la chaîne, sont mis sur un pied d’égalité. Leur avis est pris en compte en ce qui concerne la gestion du temps de travail, les méthodes d’exécution des tâches, les stratégies de développement de l’activité, etc.

Cette démarche participative engendre une relation de proximité et de confiance qui s’articule autour de :

  • L’écoute ;
  • La bienveillance ;
  • Le développement personnel ;
  • L’esprit d’équipe ;
  • La responsabilisation de chacun et ;
  • L’action collective.

L’objectif principal de cette approche est de valoriser l’innovation et la créativité chez le personnel de l’entreprise. Elle permet à l’entreprise d’être plus compétitive et par conséquent de grandir plus rapidement.

Toutefois, il est important de rester vigilant lorsqu’on adopte un tel type de management. En effet, le manager doit avoir des notions de leadership très poussées pour ne pas mener l’entreprise à sa perte. Il doit être en mesure de bien structurer son organisation et d’anticiper les écarts.

Le management directif

Encore appelée management autoritaire, cette approche prône une organisation stricte des ressources humaines.

Le manager se comporte en véritable supérieur qui donne des ordres à ses subordonnés. Il explique de façon claire et précise comment il souhaite que le travail soit exécuté et s’attend à ce que les employés suivent ses directives à la lettre.

Avec le management directif, la structure organisationnelle est verticale et uniquement orientée vers les résultats. Le manager ne se soucie guère de l’opinion des employés et ne cherche pas à gagner leur confiance.

Il ne prend pas en compte leurs sentiments, leurs frustrations, ou leur esprit d’initiative. Son rôle est de contrôler et de surveiller les performances du personnel afin de s’assurer qu’elles ne faiblissent pas.

Le manager directif définit son indicateur de performances RH qu’il suit à la lettre. Il ne dévie pas de son itinéraire de productivité quitte à sacrifier le bien-être de ses collaborateurs.

Parmi les différents types de management d’une entreprise, le modèle directif est le plus efficace parce qu’il permet d’atteindre effectivement les objectifs fixés. Il induit une véritable efficacité opérationnelle et fait croître la société.

Cependant, il baisse l’engagement au travail et occasionne stress et mal être chez les collaborateurs. Cette méthode n’est pas viable sur le long terme parce que les employés ne sont pas valorisés.

Ils deviennent des automates destinés uniquement à suivre les ordres. Une situation dont ils finissent par se lasser.

Le management directif ou autoritaire entraîne souvent le manque de motivation et même la rébellion du côté des salariés. C’est pour cette raison qu’il est recommandé d’y recourir seulement en cas d’urgence ou dans les situations de crise.

Aussi, le manager doit être une personne qui se caractérise par un leadership puissant et un pragmatisme à toute épreuve. Il doit pouvoir se faire naturellement obéir par ses subordonnés.

Le management délégatif

On parle de management délégatif ou consultatif. Ce type de management privilégie l’autonomie. Le salarié est libre de mener ses missions comme bon lui semble. Son implication est totale, que ce soit au moment de la prise de décision ou de l’exécution des opérations.

Ici, le manager n’hésite pas à déléguer son autorité et à se mettre en retrait pour laisser faire ses collaborateurs. Sa position est davantage consultative que directive. Il laisse aux membres de l’équipe le soin de commander tout le travail.

Le principal avantage de ce type de management est la responsabilisation du salarié. En effet, ce dernier prend désormais la charge de ses décisions et de ses actions. Il peut consulter son manager qui, d’ailleurs, lui fait entièrement confiance.

Malheureusement, des différents types de management existant, celui-ci peut facilement être considéré comme le plus éprouvant pour les employés. En effet, cette responsabilisation les amène à mettre leur bien-être en péril.

Soucieux d’être à la hauteur de la confiance de leur supérieur, les employés se laissent aller au stress et même à la dépression. Ils sont constamment sous pression et ne peuvent parfois s’empêcher de faire des erreurs.

Des erreurs qui mettent en péril la structure organisationnelle du management consultatif. Au vu des risques encourus, les experts recommandent d’associer ce type de management avec celui directif.

Le management persuasif

On l’assimile à une méthode paternaliste. Le manager prend soin de fédérer son équipe, sans pour autant perdre de vue les résultats. Il émet des objectifs et des directives cadrées en restant dans une approche plus pédagogique qu’autoritaire.

Dans le management persuasif, le supérieur est à l’écoute de ses subordonnés. Il prend en compte leurs questions et leurs suggestions. Il explique ensuite son point de vue et essaie de les persuader d’y adhérer. Il négocie presque au moment des prises de décision.

Opter pour le management persuasif, c’est accepter de devenir un coach motivateur qui encourage ses équipes à suivre les directives données. Ce type de management est donc un genre de mix entre le modèle directif et le modèle participatif.

Le manager assume pleinement son rôle de supérieur, mais déploie une attitude paternelle en veillant quand même au bien être des membres de son équipe. Il crée une vraie cohésion d’équipe et stimule l’engagement au travail.

Résultats ? Les salariés se sentent encouragés, valorisés et protégés. Toutefois, ils n’ont pas une grande liberté d’expression puisque l’organisation reste très structurée et hiérarchique.

Quel est le meilleur type de management pour une entreprise ?

Pour gérer convenablement les équipes et atteindre les objectifs de la marque employeur, le manager se doit de sélectionner parmi les 4 types de management, celui qui correspond le mieux à la dynamique de la société.

Pour cela, il peut se référer à la grille managériale créée par Robert R. Blake et Jane Mouton. C’est un outil qui permet de faire une analyse des styles de management en prenant en compte l’intérêt de l’entreprise pour les ressources humaines d’une part et pour les résultats d’autre part.

Prenons l’exemple d’une entreprise centrée davantage résultats que relationnel. Grâce à la grille, le manager est à même de déterminer où doit se situer son organisation et d’agir en conséquence.

Toutefois, la grille de Blake et Mouton ne suffit pas pour identifier sans équivoque le bon style de management. En effet, il n’existe pas un type de management qui soit parfait pour une organisation.

Le responsable doit être à même de s’adapter aux besoins de la structure, mais aussi des salariés. Il peut donc être appelé à combiner deux ou trois types de management ou encore alterner entre eux.

Néanmoins, il faut retenir que le bon type de management est celui qui sait intégrer les avis des salariés. Ces avis sont extrêmement importants pour le développement de l’entreprise.

Ils permettent au manager d’évaluer l’efficacité de son approche managériale et de la réajuster au besoin. Ce sont donc des sources d’informations cruciales pour identifier les dysfonctionnements.

Les avis des salariés sont aussi utiles pour améliorer les conditions de travail. En laissant ses employés s’exprimer et faire des recommandations, le manager nourrit une relation de confiance avec eux.

Il reconnaît leur place dans l’organigramme et leur donne la sensation de véritablement compter dans l’entreprise.

Par ailleurs, aujourd’hui, les avis des salariés sont la vitrine de la politique adoptée dans une entreprise. D’ailleurs, ils sont devenus des critères de visibilité sur les moteurs de recherches. Les prospects les consultent pour se faire une idée de l’engagement de l’entreprise et de ses valeurs.

Vous pouvez cliquer ici pour en savoir plus sur l’importance des avis salariés.

Quelles sont les qualités d’un bon manager ?

De ce qui précède, il est possible d’identifier différents types de manager selon le type de management adopté. Toutefois, peu importe les attributs du manager, il se doit de présenter certaines qualités pour mener à bien sa mission.

L’adaptabilité

Un bon manager doit savoir s’adapter à toutes les situations, mais surtout à tous les profils de collaborateurs. En effet, il est appelé à diriger des personnes différentes par le sexe, la culture, la religion, l’âge, le tempérament, la personnalité, la compétence, l’expérience professionnelle, etc.

Il doit donc être en mesure de composer avec ces différences en fonction du contexte, c’est-à-dire pendant un conflit, une crise, une urgence, une transformation organisationnelle, etc.

Le leadership

Qu’il adopte un type de management axé vers les relations humaines ou plutôt vers les résultats, le manager doit faire preuve de leadership. Il doit savoir animer, fédérer et motiver ses équipes autour de chaque projet.

Il doit naturellement inspirer le respect par son comportement, son charisme, mais aussi sa bienveillance.

Les capacités pédagogiques

Le bon manager est très pédagogue. Peu importe le type de management qu’il pratique, il sait transmettre le savoir pour faire progresser ses collaborateurs. Il est en mesure de les accompagner pour leur permettre de développer efficacement leurs compétences.

Pour ce faire, il peut organiser des séances de coaching, des formations, de l’e-learning, etc.

Les compétences communicationnelles

Le manager doit pouvoir communiquer avec ses équipes. Il doit être capable de donner ses directives de façon fluide, claire et précise. Il ne doit entretenir aucune ambiguïté. Il doit aussi être à l’écoute et prendre en compte les avis des employés.

En somme, le succès d’une activité entrepreneuriale dépend fortement de la manière dont les ressources humaines de l’entreprise sont gérées. Le manager doit donc choisir convenablement le type de management à déployer afin de pouvoir bien gérer ses collaborateurs.

5/5 - (2 votes)
Cliquez ici pour découvrir l'offre Blog marque employeur