Apparition des symptômes du bore-out au travail : que faire ?


Partager sur
Apparition des symptômes du bore-out au travail : que faire ?

Le bore-out fait partie des troubles psychologiques liés au travail, au même titre que le brown-out et le burn-out. S’il désigne aussi une situation d’épuisement professionnel, sa principale cause est clairement distincte. L’épuisement associé au bore-out survient par l’ennui. Cette pathologie du travail se manifeste alors par des symptômes différents de ceux du burn-out, et que d’aucuns sous-estiment à tort. Il importe que l’employeur sache reconnaître ceux-ci, afin de les contrer à travers une démarche appropriée.

Le bore-out : quand l’ennui s’accumule, le mal-être s’installe

Comme dans le cas du burn-out et du brown-out, l’épuisement professionnel représente la manifestation majeure du bore-out. Dans son ouvrage Le Bore-out syndrom, paru aux éditions Albin Michel en 2016, Christian Bourion indique qu’il touche environ 30 % des travailleurs et est à l’origine d’importances souffrances. Mais avant que la situation évolue jusqu’à un tel stade, se mettent en place des circonstances favorables à une perte d’engouement chez le salarié.

  • L’employé possède des qualifications supérieures à celles requises pour les tâches qui lui sont quotidiennement confiées au sein de l’entreprise.
  • L’employeur confie peu de travail au salarié ; ce dernier se retrouve trop souvent à avoir du temps libre, sans savoir comment s’occuper.
  • Le travailleur exécute régulièrement des tâches identiques, dans des conditions qui ne changent jamais. Il n’a pas de défis à relever.
  • Le travail se déroule dans un environnement non valorisant, sans évolution professionnelle envisageable.

Lorsque de telles circonstances perdurent, le mal-être se met en place progressivement et impacte la qualité de vie de l’employé. Il se retrouve démotivé et perd petit à petit son envie de travailler, tout épanouissement professionnel s’évanouissant par la même occasion. Le problème doit alors immédiatement pris en charge, à la fois pour le bien de l’employé et pour la stabilité de l’entreprise. Dans la posture d’employeur, la prise de dispositions visant à traiter spécifiquement le mal-être psychologique permet d’améliorer l’image de son entreprise et de fidéliser ses employés. Pour cette raison, il convient d’accorder une certaine attention aux premiers signes du bore-out dès leur observation.

Les symptômes du bore-out en entreprise

Le bore-out est un syndrome d’épuisement professionnel comparable au burn-out. Pour ce dernier toutefois, les conséquences sur le mental et sur la santé s’enchaînent généralement de façon brusque et rapide. À l’inverse, le bore-out ou surcharge d’ennui au travail donne une multitude de signaux lents avant d’en arriver à une dépression, à une profonde fatigue physique ou morale, ou encore à une destruction de la confiance en soi.

Les premières manifestations du bore-out

Le développement du syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui commence par des signes que seul l’employé détecte aisément. Ces premiers éléments mettent néanmoins la puce à l’oreille du supérieur hiérarchique aussi, s’il relève certains changements d’attitude chez son collaborateur.

Un employé qui n’éprouve aucun plaisir à travailler est par exemple susceptible de subir un bore-out. L’employé lui-même s’en rend compte en menant une simple réflexion introspective. L’employeur, quant à lui, le réalisera en observant que le salarié est toujours d’humeur maussade, quitte le travail plus tôt que d’habitude ou arrive fréquemment en retard et sans se presser, ou accomplit ses tâches avec une certaine lenteur. Un salarié qui s’auto-dénigre constamment, met peu de rigueur dans la conduite de ses missions et/ou consacre beaucoup de temps à des activités futiles sans rapport avec son travail, est aussi potentiellement sur le chemin vers un bore-out. En cas de détection prompte, une formation visant à apprendre la gestion du temps de travail ou à développer les compétences techniques des équipes aide alors à endiguer le problème.

Lorsque ces signes sont négligés, pendant que les conditions les ayant engendrés demeurent, l’épuisement s’installe inéluctablement. Des symptômes bien plus alarmants seront alors perceptibles.

Bore out : les symptômes d’un mal-être profondément ancré

L’évolution du bore-out vers un stade plus grave consiste en une intensification du mal-être du travailleur. En plus des sentiments négatifs qu’il nourrit par rapport à son environnement de travail, il voit de nombreux changements survenir dans sa vie, aussi bien sur le plan moral que sur le plan de sa santé physique.

Des signes évidents de dépression sont observés chez les employés souffrant du syndrome de bore-out. Se sentant constamment dévalorisés ou peu utiles, ils perdent conscience de leurs compétences et sont envahis par le doute. Paradoxalement, alors même que l’absence de défi est l’un des facteurs favorisant la survenance du bore-out, lorsque cette pathologie professionnelle se trouve à un stade avancé, le salarié qui la subit développe un sentiment d’incapacité vis-à-vis de tout nouveau défi auquel il est soumis. Même les tâches les plus évidentes lui sembleront insurmontables par moments. Sa productivité et celle de l’entreprise en sont considérablement affectées.

Au niveau physique, des malaises multiformes découlent d’une situation de bore-out grave. Une anxiété constante et une fatigue permanente font partie des premiers symptômes physiques du bore-out. Dans certains cas, surviennent aussi des troubles gastriques, de même qu’une insomnie chronique.

Plusieurs autres symptômes psychologiques et physiques sont déclenchés par le bore-out. Ils conduisent à une véritable fragilisation du bien-être du salarié et de sa qualité de vie, et à une régression des résultats de l’entreprise. Pour réussir le pilotage de la performance de son entreprise, l’épuisement professionnel par l’ennui doit donc être géré avec soin, à la même mesure que les autres risques psychosociaux.

Comment réagir face aux symptômes de bore-out : parler et faire le point

Les causes du bore-out varient considérablement d’une personne à une autre. De plus, il peut sembler gênant ou mal vu d’avouer que l’on s’ennuie au travail. Ces deux facteurs ont longtemps contribué à créer un certain tabou autour du sujet. Depuis quelques années néanmoins, dans le sillage du burn-out, de plus en plus de personnes se sentent libres de parler du bore-out. Même s’il n’est pas encore reconnu comme une maladie professionnelle en France, le syndrome de l’épuisement professionnel par l’ennui ne constitue plus un phénomène isolé ou inconnu.

Face au bore-out, il est essentiel de savoir exprimer son ressenti. La communication est une étape déterminante pour sortir d’un épuisement professionnel. Si le salarié malade n’en a pas conscience, son employeur attire son attention sur la question et l’invite à s’ouvrir au dialogue. L’employé doit ensuite commencer par se débarrasser de tout sentiment de culpabilité provenant du fait de s’ennuyer dans son travail. En ce sens, il peut par exemple se rendre sur une plateforme de confiance d’avis salariés en vue d’y découvrir les témoignages d’autres employés ayant vécu une expérience similaire dans la même entreprise ou avec d’autres enseignes.

En tant qu’espaces d’expression libre, les plateformes d’avis salariés permettent aux travailleurs d’évoquer sans langue de bois leur vécu au sein d’une entreprise. Pour le dirigeant, l’utilisation d’une telle plateforme lui sert à mettre en confiance ses collaborateurs, tout en projetant une image de marque positive auprès des futures recrues.

Les discussions avec ses collègues ou avec son chef d’équipe aideront par ailleurs le salarié à déterminer les solutions les plus adaptées à sa situation. Cette phase de prise de conscience est libératrice pour une personne traversant une période de bore-out.

Les actions pour éliminer le bore-out

En faisant le point de l’ennui professionnel qu’il vit, le salarié comprend les causes du bore-out. Il adhérera ensuite plus facilement, avec l’aval de ses collègues ou de ses supérieurs hiérarchiques, à des décisions utiles pour qu’il recouvre un plein épanouissement professionnel.

Le changement de pôle

Un travailleur qui s’ennuie au quotidien a parfois besoin de faire valoir ses compétences autrement. Pour soigner le bore-out, il serait intéressant de l’affecter à un autre poste de travail ou de lui confier des tâches supplémentaires.

De nouveaux projets

Il arrive que l’épuisement par l’ennui soit causé par des tâches quotidiennes monotones ou devenues faciles à force de répétition. Pour aider le salarié à sortir du bore-out, pensez à le soumettre à de nouveaux challenges (création d’un nouveau concept, des exigences de résultats plus élevées, etc.).

Des activités en dehors du travail

Les activités hors de l’entreprise peuvent amener un employé en bore-out à retrouver l’envie de travailler. Elles prennent la forme de réunions organisées dans un cadre original, de sorties de groupe, etc. Un employeur qui prend l’habitude de motiver son équipe avec une soirée d’entreprise ou d’organiser d’autres types d’événements incentive préviendra divers risques psychosociaux, dont l’épuisement par l’ennui au travail.

Le développement de compétences

Qu’elles visent à développer des compétences transversales ou des compétences techniques en rapport avec les activités de l’entreprise, les formations sont motivantes pour les salariés. Un employé qui vit une situation de bore-out retrouvera de l’allant s’il s’engage dans un projet de formation.

Survolez les étoiles puis cliquez pour valider la note
Cliquez ici pour découvrir l'offre Blog marque employeur